Niger

Le Niger est membre de l’Union économique et monétaire ouest-africaine.Dès décembre 2004, l’ONU avertit d’une probable famine pour 2005, provoquée par la sécheresse et les invasions de criquets. Environ 33 % de la population nigérienne (3,5 millions de personnes) serait affectée par la pénurie alimentaire.

Fin 2005 et sans l’aide financière demandée par l’ONU, 2,4 millions de Nigériens ont été touchés.Les exportations vers la France de l’uranium des mines d’Arlit ont longtemps constitué une part importante du revenu extérieur du pays. En janvier 2009, le gouvernement du Niger et la présidente du directoire d’Areva signaient une convention minière stratégique accordant au groupe nucléaire français un permis d’exploitation sur le gisement d’Imouraren, présentée par Areva comme la « mine d’uranium la plus importante de toute l’Afrique et la deuxième du monde »[39] derrière celle de McArthur River au Canada. Quand la mine tournera à plein régime, le Niger deviendra alors le deuxième producteur mondial d’uranium derrière le Canada.
Les mines de charbon de la région de Tchirozérine sont exploitées à ciel ouvert.
Le Niger dispose de plusieurs réserves de pétrole. La région d’Agadez, Zinder, Tahoua et Diffa regorge le pétrole. Selon l’U.S. Energy Information Administration (EIA), la production a démarré fin 2011[40]. En 2012, la production était de 20 000 barils par jour. En 2014 elle devrait atteindre 80 000 barils par jour.

Par manque d’infrastructures de qualité et de masse, le tourisme est peu développé. Certaines routes « goudronnées » ne sont pas entretenues (accidents fréquents). Il existe une voie ferrée en cours de réalisation et seulement deux aéroports internationaux à Niamey et à Agadez. Seule la partie nord est un peu ouverte aux touristes recherchant le désert. Bien que le Niger soit l’un des plus importants producteurs d’uranium au monde, il figure dans les derniers de la planète en matière de développement humain (source ONU). L’oignon nigérien alimente mieux le budget que l’uranium dont l’exploitation pourrait par ailleurs contribuer localement au développement de certaines pathologies.

En plus de l’uranium, des sociétés étrangères ont été autorisées à prospecter d’autres ressources dans le désert, comme le Canadien SEMAFO qui exploite une mine d’or. Depuis la fin des années 1990, les « compagnies juniors » canadiennes, qui ont investi dans plus de 8 000 propriétés minières, dans plus de 100 pays, pour la plupart encore à l’état de projet.

multiplient les contrats avec des pays africains. La pauvreté minant le pays et le gouvernement refusant d’investir pleinement dans les zones sous le contrôle des Touaregs, les nomades se sont révoltés.

Le PIB du Niger a connu une augmentation de 2 % en 2009. Il était de 10,45 milliards de dollar US à cette même date. L’agriculture occupait 39 %, le secteur tertiaire 44 % et le secteur industriel 17 % du PIB en 2001. L’agriculture est aussi le secteur économique qui mobilise le plus de population (90 %). Le PIB par habitant est de 1 200 dollars US.

Le nouvel ambassadeur de Turquie au Niger, Mustafa Türker Ari a, dans un entretien accordé à Anadolu, indiqué vouloir rapprocher les peuples turc et nigérien, dans le cadre de la coopération entre son pays et le Niger.
«Je vais visiter toutes les régions du Niger pour y rencontrer les représentants des populations et discuter avec eux sur les différents domaines de coopération entre le Turquie et le Niger», a-t-il expliqué au correspondant d’Anadolu.Arrivé au Niger en début janvier, le nouvel ambassadeur turc à Niamey s’est déjà rendu dans deux villes nigériennes. Il s’agit de Tahoua (Nord) et de Maradi (Centre).J’ai eu des rencontres avec les gouverneurs des deux régions, les autorités coutumières, les opérateurs économiques, avec qui j’ai échangé sur les différents domaines de coopération entre la Turquie et le Niger, notamment l’économie, la culture et la formation professionnelle, a-t-il précisé.A Tahoua, le diplomate turc a aussi visité trois écoles que l’agence turque de coopération et de coordination (TIKA) va bientôt rénover, tandis qu’à Maradi, la capitale économique du Niger, il a rencontré les responsables de la chambre régionale du commerce, ainsi que des étudiants du lycée technique régional, avec il dit avoir évoqué les opportunités pour des études de troisième cycle en Turquie.
L’ambassadeur Mustafa Türker Ari a déclaré à Anadolu qu’il poursuivra bientôt ses visites dans les autres régions du Niger.
Les relations entre la Turquie et le Niger se sont consolidées depuis 2012, avec l’ouverture de l’ambassade de Turquie au Niger.

Elles se sont renforcées en 2013, avec l’ouverture du Bureau de la TIKA, ainsi que le démarrage des vols de la compagnie Turkish Airlines, avec cinq liaisons hebdomadaires entre Niamey et Istanbul.
-49 millions USD d’investissements et 29 accords bilatéraux signés Selon l’ambassadeur Mustafa Türker Ari, le volume des échanges commerciaux entre la Turquie et le Niger s’élève, à ce jour, à 49 millions USD et 29 accords ont été signés entre les deux pays dans les différents domaines de coopération.Ces derniers portent, entre autres, sur l’éducation, la santé, les infrastructures, l’assainissement, l’autonomisation de la femme, l’agriculture, l’apiculture et la pisciculture. De nombreuses ONG turques sont aussi présentes au Niger où elles apportent des aides à des personnes vulnérables, notamment les veuves, les orphelins et les handicapés.
Des entreprises turques interviennent aussi dans les bâtiments et les travaux publics, à l’exemple de la «SUMMA» qui procède à la rénovation de l’aéroport international Diori Hamani et la construction d’un hôtel présidentiel, en prélude au sommet de l’Union africaine prévu en juillet prochain à Niamey.